L'ail du Québec...
savourez la différence!

Cultivez votre ail

Vous désirez plonger vos mains dans la terre et cultiver votre propre ail? Voici quelques conseils pour vous y aider!

par Sylvie Maurice

Réservez une section de votre potager pour produire votre ration d’ail annuelle. Une surface de 2 m² suffit pour planter 1 kilo d’ail qui vous donnera 4-5 kilos de bons bulbes.

purple stripe_persian star_capsule_MG_4141L’ail (Allium sativum) est une plante vivace que l’on cultive comme une annuelle. Sous notre latitude, on le propage généralement en plantant des caïeux (gousses) à l’automne pour récolter des bulbes l’été suivant. Il est aussi possible de multiplier l’ail à partir des bulbilles produites dans la capsule florale.

IMG_6725 b

Plantez de beaux caïeux et récoltez de beaux bulbes!

Quoi planter?

De préférence, choisissez des variétés rustiques produites localement. Vous trouverez plusieurs variétés produites au Québec dans les marchés publics ou chez des producteurs de votre région. Évitez l’ail d’épicerie importé: les bulbes peuvent avoir été irradiés ou traités chimiquement pour empêcher leur germination durant leur période d’entreposage.

Chaque année, gardez une partie de votre récolte pour replanter. Conserver ses semences permet un meilleur contrôle des maladies et ravageurs. Sélectionnez des bulbes sains et fermes sur lesquels vous prélèverez les plus gros caïeux. Les semences infectées (champignons) ou infestées (nématodes, virus) produiront des plants chétifs et peuvent contaminer le sol.

De plus, l’ail s’adapte peu à peu à un nouvel environnement et des changements bénéfiques peuvent se produire d’une génération à l’autre (rusticité, couleur, calibre, goût, floraison) chez une même variété.

IMG_0600

Gardez les plus beaux bulbes pour planter et mangez tous les autres…
On récolte ce que l’on sème!

Combien?

La quantité dépend de votre consommation annuelle ! Chaque  caïeu mis en terre produira un bulbe.  Pour récolter 50 bulbes (ration annuelle si 1 bulbe par semaine), il faut donc planter 50 caïeux (environ 1 kilo).

Où?

En plein soleil dans un sol léger, fertile, riche en humus et qui se draine bien. Le pH optimal se situe entre 6 et 7.  Évitez les milieux ombragés et les sols humides qui favorisent les maladies fongiques. Pour améliorer le drainage en sol argileux, il est conseillé de planter l’ail sur des billons surélevés. Tous les types de sols (argileux ou sablonneux) bénéficient d’un apport en matière organique (compost et fumier mature à raison de 5 à 10 kg par m²). Pour prévenir le développement des maladies, on suggère de faire une rotation de 4 ans sans alliums sur la même parcelle.

Quand planter?

Idéalement à l’automne, environ un mois avant le gel définitif du sol dans votre région (mi-septembre à fin octobre). Semer à l’automne donne une longueur d’avance aux racines qui se développent tranquillement sous la neige. Ceci assure une levée printanière hâtive et respecte le cycle naturel d’Allium sativum.

Il est aussi possible de planter l’ail au printemps, mais il faut procéder le plus tôt possible (avril-mai) pour ne pas trop retarder le cycle de croissance naturel. L’ail semé plus tard n’aura pas le temps de faire beaucoup de feuillage avant le solstice. Dans ce cas, il est possible que les plants ne produisent pas de tiges florales ni de véritables bulbes. Ils formeront des  »ronds », de petits bulbes non divisés, semblables à des oignonets.

Comment?

Divisez les bulbes délicatement un peu avant la plantation pour éviter qu’ils ne se dessèchent. Plantez chaque caïeu (gousse) séparément, la pointe vers le haut en les couvrant de 2-3 cm de terre. Laissez 10-15 cm entre les caïeux et 20-25 cm entre les rangs. Quand le sol sera gelé, recouvrez la parcelle d’une bonne couche de paillis (feuilles déchiquetées, paille) pour favoriser l’accumulation de la neige, la meilleure protection hivernale.

ail

Durant la saison de croissance

Au printemps: Les jeunes pousses émergent du sol dès la fonte des neiges (mi-mars à mi-avril, selon les régions et les années). Après les derniers gels printaniers, enlevez le paillis délicatement pour favoriser le réchauffement du sol.

Mai et juin : Durant la croissance du feuillage, l’ail ne doit pas manquer d’eau ni de minéraux Binez, désherbez et arrosez en période de sécheresse. La fertilisation n’est pas essentielle si le sol a été bien amendé avec des engrais verts, compost ou fumier. On peut commencer la saison en enfouissant légèrement un engrais granulaire (fumier de poule) à la base des plants. Par la suite, on peut fertiliser aux 2 semaines avec des engrais naturels (purins, thé de compost, émulsion d’algue ou de poisson). En prévention, détruisez à mesure les plants malades et surveillez la teigne du poireau, un petit papillon qui peut causer de gros dégâts.

Vers la mi-juin : Les feuilles cessent de croître et les tiges florales commencent  à se pointer. Injustement appelées fleurs d’ail, ces longues tiges à saveur délicate doivent être cueillies quand elles sont jeunes et tendres, avant qu’elles ne commencent à s’enrouler et à durcir. Elles se consomment comme un légume (crues, sautées, à la vapeur, en pestos ou congelées). Mais ne coupez pas toutes les tiges florales! Elles formeront de jolies boucles avant de se redresser, coiffées d’une capsule remplie de bulbilles. On peut aussi manger les jeunes bulbilles (caviar d’ail) ou s’en servir comme semence. C’est une façon économique de multiplier une variété.

_MG_9676

C’est le temps des fleurs d’ail!

Vers la mi-juillet: Stoppez l’arrosage et la fertilisation. À ce stade, les excès d’eau et de fertilisant peuvent nuire à la conservation des bulbes.

Quand récolter?

Le moment propice peut varier selon les régions et les variétés. Lorsque la moitié des feuilles du bas ont jauni, mais que celles du haut sont encore vertes est un bon indice visuel. Pour que les bulbes se conservent longtemps, il faut les récolter un peu avant leur pleine maturité. Pourquoi ? À ce stade, le bulbe est encore enveloppé de plusieurs membranes protectrices, car chaque feuille verte sur le plant correspond à une membrane intacte sur le bulbe. Plus tard, quand toutes les feuilles auront jauni, les membranes recouvrant le bulbe auront commencé à se dégrader, exposant les caïeux à l’humidité et aux ravageurs. Les caïeux individuels ne se conservent pas longtemps comparés aux bulbes bien enveloppés.

Comment récolter?

Sortez les bulbes de terre en les manipulant délicatement. Les coups et les blessures causeront de la pourriture. Ne laissez pas les bulbes au soleil trop longtemps (risque d’échaudure cireuse). Apportez rapidement votre récolte à l’abri pour un premier nettoyage. À ce stade, il y a plusieurs façons de procéder. On peut faire sécher les plants entiers (avec racines et tiges) ou les couper. Dans ce cas, on taille les racines juste sous le bulbe et les tiges à 2-3 cm de longueur (plus si vous désirez les attacher). Placez les bulbes sur des treillis dans un endroit bien ventilé pour quelques jours. Enlevez la terre et les pelures desséchées avant de placer les bulbes au séchoir. En prévention, détruisez tous les débris végétaux qui peuvent abriter des spores de champignons et des larves de teigne.

Séchage

Cette période de conditionnement est essentielle pour que les bulbes complètent leur maturation et se conservent bien. On peut simplement étendre les bulbes sur des treillis ou suspendre les plants entiers dans un endroit chaud et bien ventilé durant environ 3 semaines. Si nécessaire, on peut installer un ventilateur et un déshumidificateur.

_MG_1646

_MG_4955Conservation des bulbes

Pour connaître la meilleure méthode pour conserver longtemps vos bulbes d’ail, cliquez ici.

À votre santé !

Pour en savoir plus: www.samourail.com